30°C

Pierres d'estuaire


Visiter & Découvrir

Je réserve

Retour

L'art roman

  • Abbaye de Pleine Selve
  • Coordonnées GPS : 45.3255, -0.5733

L’art roman en héritage

L’implantation de l’abbaye de Pleine-Selve inaugure la construction d’édifices religieux (entre la fin du XIe siècle et la première moitié du XIIe siècle) assurant le relais spirituel sur le territoire.

Certains d’entre eux (Marcillac, Saint-Palais, Pleine-Selve), proches de l’ancienne route compostellane, accordent une place de premier ordre à l’ornementation romane largement inspirée des dernières expériences menées en Saintonge. Les sculpteurs, véhiculant motifs et techniques de chantier en chantier, contribuent au rayonnement de l’art roman qui atteint son apogée au milieu du XIIe siècle.

Au fil des siècles, le recul économique et démographique du monde rural a maintenu ces édifices à l’écart des remaniements ; le canton de Saint-Ciers-sur-Gironde a ainsi conservé son patrimoine roman.

L’art roman sous le giron saintongeais

La sculpture de ces édifices appartient à un courant saintongeais de la première moitié du XIIe siècle qui prend ses sources dans la façade de l’Abbaye-aux-Dames de Saintes.

En Saintonge, la décoration se déploie sur toutes les parois de l’édifice : frises végétales de rinceaux mêlant hommes et animaux (oiseaux, quadrupèdes..) et motifs géométriques (damiers, pointes de diamant..) soulignent les éléments architectoniques. La diversité thématique est également caractéristique. Des passages bibliques soulignent les paroles et l’enseignement du Christ sur les voussures du portail ; un bestiaire fantastique et des scènes de la vie quotidienne occupent les modillons des chevets.

Les édifices du canton de Saint-Ciers-sur-Gironde, ne présentent sans doute pas un tel déploiement ornemental. En revanche, les reliefs du portail de Marcillac confirment son étroite parenté avec l’Abbaye-aux-dames ainsi que le rayonnement stylistique de la Saintonge.

Situation géographique